J’ai à nouveau laissé passé bien trop de temps depuis mes derniers posts… Peut-être vais-je reprendre régulièrement, on verra, en tout cas ce ne sont ni l’intention ni l’indignation qui manquent. Pour cette reprise, je vous propose la traduction d’un texte récent de Théodore Dalrymple, qui me semble hélas tout à fait pertinent. Bonne lecture!

Guerre Multiculturelle

De la Suède à la Suisse, la Gauche qui promeut une immigration sans entrave s’expose à un retour de manivelle populiste

Par Theodore Dalrymple; paru dans le magazine “The American Conservative” de février 2011.

Lorsque, le 28 novembre dernier, la population suisse a voté pour l’expulsion automatique des étrangers reconnus coupables de crimes sérieux, l’intelligentsia libérale de l’Europe s’est trouvée prise au dépourvu. Elle pouvait difficilement prétendre que des meurtriers, des violeurs, et des cambrioleurs constituaient un atout pour une nation, qu’il fallait dorloter, garder précieusement, nourrir, et encourager à mieux agir la prochaine fois. Même en utilisant cette faculté spéciale à plaider ardemment qui semble être la principale raison d’être d’une intelligentsia, il est mal aisé de dépeindre meurtriers, violeurs et cambrioleurs comme un groupe de victimes opprimées digne de toute sympathie. (more…)

20 mai. Jour du “Tout le monde dessine Mahomet”, en réaction aux atteintes à notre liberté d’expression portées par les zélateurs de la “Religion d’Amour et de Paix”… Le surréalisme de Magritte me semblait bien convenir à la situation, d’où ce petit détournement:

This is not a prophet

http://www.jihadwatch.org/2010/04/may-20-everybody-draw-muhammad-day.html

http://www.bivouac-id.com/2010/05/05/la-journee-tout-le-monde-dessine-mohammed/

Update: à 00:30 gmt, le groupe Facebook qui avait remporté un succès sans précédent (il approchait 110.000 membres et 12.000 images postées, dont une énorme partie en quelques heures à peine) vient apparemment d’être désactivé. On ne félicite pas la “Facebook team”…

Un petit message en réponse au post de Pamina*, puisque je n’arrive semble-t-il plus à répondre dans les commentaires du billet…

[*qui est lui-même une réaction aux événements qui se sont déroulés dans certains quartiers bruxellois tout au long de ce dernier mois; voir, en ordre chronologique inverse, ici et ici (Sa 19/09), ici et ici (Ve 18/09), ici (Ma 08/09), et ici (Ve 28/08)). A noter, sur ce sujet, l’excellent billet de Claude Demelenne (presque étrangement) publié dans les pages de La Libre Belgique le 3 septembre dernier, “Les couacs de la gauche“]

_____________________________

Pamina, quand « l’islam d’un Rumi ou d’un Yunus » sera l’islam mainstream dans le monde musulman, celui qui nous envoie ses excédents de natalité, on pourra disserter éventuellement de la différence islam-islamisme (même si mes doutes perdurent — certaines choses que j’ai lues sous la plume de penseurs soufis sur le jihad, notamment, n’étaient guère plus rassurantes que les discours de “l’islamiste” de base). Je crains que ce ne soit pas demain la veille, cependant.

Je comprends que ma réaction vous déplaise et qu’elle semble vous « montrer la difficulté du challenge » ; j’en suis un peu désolée, mais je dois avouer être lasse. Cela fait plus de cinq ans que j’ai commencé à discuter le sujet sans relâche, et il est vrai que la fatigue gagne : j’ai trop vu, lu ou entendu des gens pourtant pleins de bon sens (ce qui me semble être votre cas, vu vos divers billets que je lis depuis quelque temps) partir en sucette sur le sujet sur base de prémices erronées que je perds maintenant facilement patience.

Mais voici, je vais prendre le temps de m’expliquer et de vous répondre un peu mieux. Ça restera un peu « en vrac », n’ayant que peu de temps à consacrer à ceci (et j’ai le triste sentiment que ce sera de toute manière du temps perdu…).

Dans votre texte, même si cela n’est peut-être pas intentionnel, il me semble bien percevoir l’empreinte de ces maux qui, je pense, sont de nos plus grands ennemis dans la situation présente : un mélange de relativisme bien-pensant, un soupçon d’ignorance, et même peut-être une touche d’arrogance.

• D’une part, je ne sais d’où vous tirez votre connaissance de l’islam, mais elle me semble assez lacunaire (*) voire angélique ; et sans vraiment montrer une bonne connaissance de l’islam, vous affirmer d’emblée que l’islamisme est « chose fort différente ». Gonflé, non? En tout cas peu convaincant.

• D’autre part, l’argument bateau des “écrits millénaires y compris la bible” (**) qui “peuvent choquer nos sensibilités“, qui paraît ignorer totalement le statut respectif des textes (tout aussi important que leur contenu pour évaluer leur impact), marque d’un relativisme très à la mode.

• Enfin, cette manie de parler de gens « analphabètes » pour dénigrer ces imams (ou mollahs, si vous préférez considérer le clergé chiite, pourtant peu présent chez nous) « islamiste ». Il se fait qu’imams et mollah sont précisément respectés, dans le monde musulman, pour leurs connaissances du coran et des lois islamiques. « Analphabètes », alors, les gens qui étudient à al-Azhar ou ailleurs ? Certainement pas. Vous me direz que tous n’étudient pas dans de prestigieuses universités islamiques, ce qui est vrai, pourtant revenons à ces érudits sortis d’établissements renommés. Ils ne sont pas analphabètes, sont-ils pour autant moins « agressifs », pensez-vous ? J’ai sous les yeux, alors que je vous écris, la tranche d’un manuel de droit islamique classique, une petite brique bien dense parlant de la « bonne » façon de mener une vie de croyant soumis à Allah, dans tous ses aspects, approuvée par nombre de sommités islamiques dont l’université al-Azhar. Son contenu sur bien des sujets aurait, j’en suis sûre, de quoi vous faire grimper au rideau (‘parlons de ségrégation sexiste ou de vision politique et sociale déplaisante !).

Considérer que seuls les « analphabètes » sont « agressifs », et donc que l’éducation puisse remédier à cela, c’est très risqué… Certains chroniqueurs d’outre-Atlantique se demandent même si le contraire n’est pas plus véridique : alphabétisation aidant, de plus en plus de musulmans peuvent se rendre compte par eux-mêmes des préceptes islamiques, sans édulcoration intermédiaire de la part d’imams. Et cela jouerait un rôle non négligeable dans la renaissance de ce que vous nommez islamisme (ainsi que dans l’apostasie discrète d’autres personnes). Je ne sais s’ils ont raison, mais cela me semble tenir la route.

Pour revenir sur certaines parties de votre texte, vous semblez à nouveau poser d’emblée ceci : « L’Islam peut coexister avec le monde occidental et s’y intégrer. … » : Coexister, oui, cela se fait depuis plus d’un millénaire ; mais pas sans heurts. Si je me réfère à l’histoire, d’ailleurs, je ne vois pas trop où y puiser confiance dans la seconde partie de votre proposition ; au contraire, ce sont plutôt des morceaux d’occidents qui se sont vus intégrés à l’Islam, lorsqu’ils ne surent montrer assez de force pour pouvoir « coexister » – en résistant !

[en passant – Vous vous revendiquez « de la lignée de Lévi-Strauss ». Je ne peux m’empêcher de vous faire remarquer que, dans les extraits de « Tristes Tropiques » cités par exemple ici, ce dernier ne me semble pas si prudent que vous lorsqu’il parle de l’islam. Il ne parle pas d’intolérance « islamiste », et n’y compare pas Mahomet à un gars prêchant l’humanisme, mais à Napoléon …]

«… L’Islamisme, non, car son but est de l’investir et de le transformer. » : Toutes les versions du coran que j’ai doivent être islamistes, alors, puisqu’elles prônent bien de combattre les « associateurs » (mécréants soupçonnés de polythéisme, dont les chrétiens soit dit en passant) « jusqu’à ce que la religion soit entièrement à Allah » ou au moins que l’islam puisse dicter ses règles à la société. Et c’est bien ce qui s’est passé historiquement…

Un fait, notons-le bien, inimaginable dans des pays musulmans comme la Turquie, ou le Maroc, qui garantissent la neutralité de l’Etat par la prohibition du voile dans l’enceinte parlementaire … » La Turquie et le Maroc, exemples souvent donnés par les tenants de la « modération » islamique. Pourtant… Pourtant, les deux amies d’origine turque avec qui j’ai pu en discuter n’y croient pas ; au contraire, au moins l’une d’entre elle cherche à quitter la Belgique voire l’Europe, craignant des restrictions à sa liberté dans une Bruxelles de plus en plus islamisée et une UE qu’on voudrait nous voir ouvrir à la Turquie. Pourtant, au Maroc, on emprisonne des gens désirant passer outre les simagrées ramadanesques (c’est ici, c’est tout frais). Et on ne parlera même pas des interférences de la charia dans le code de la famille… ]

« L’islam est dans nos murs et c’est un fait. Veillons du moins à ce que l’islamisme n’y prennent pas pied. La seule chance, c’est une éducation qui permettent l’intégration -sinon à une culture ou un mode de vie, du moins à des valeurs démocratiques: une chose ratée depuis 20 ans, et dont nous payons le prix aujourd’hui. » Votre position est louable, Pamina, j’y adhèrerait presque. Mais il est trop tard pour cela. Trop tard peut-être même pour réagir de manière efficace ET sans risquer de bains de sang. Bien trop tard en tout cas, selon moi, pour continuer de croire en un islam rêvé qui ne soit pas source d’islamisme et baser nos actes sur ce fantasme. C’est là que nous continuerons probablement de diverger.

(à mon tour de proposer deux ou trois liens, si vous le permettez:

L’islam n’a pas deux visages, par A.M. Delcambre

Violence et islam, une bonne synthèse de René Marchand :

• En anglais, le blog de Raymond Ibrahim (articles souvent extrêmement instructifs) :

• Une discussion intéressante sur l’excellent blog du Pélicastre Jouisseur : si vous avez la patience de lire les très nombreux commentaires, vous verrez comment un musulman pieux et fort instruit (le « Professeur X ») peut s’avérer extrêmement agressif (je sais que ce n’est qu’une anecdote, mais c’est un genre de profil que j’ai souvent rencontré dans mes discussions sur le web)

PS : pour ce qui est des religions qui mériteraient “intrinsèquement” le respect… là aussi, amalgame ou relativisme ? ‘Franchement, les prisonniers victimes de sacrifices lors des rites aztèques, je ne suis pas certaine qu’ils aient apprécié la « fenêtre vers le haut » ni la dimension spirituelle de la religion… ;^)

* ainsi, le coup du coran qui utilise les musulmans à autant d’épouses qu’ils peuvent entretenir: faux. C’est 4 max (simultanées), plus un nombre indéfini d’esclaves-concubines. Seul Mo’ bénéficia d’un passe-droit (être récipiendaire de « révélations divines » a ses avantages !)

** je remarque que vous collez une majuscule à « coran », mais pas à « bible »… tactique inconsciente d’apaisement ? Tant qu’on est à parler de majuscules, précision : « islam » désigne la religion, « Islam » la civilisation née des conquêtes arabo-islamiques

Ce qui correspond grosso modo à notre “un petit dessin vaut mieux qu’un long discours“. En l’occurrence, il s’agit bien d’images et non de dessins. Deux photos prises pendant les rencontres du G20 à Londres cette semaine.

Michèle Obama et la Reine Elizabeth II

Michèle Obama et la Reine Elizabeth II

Barack Hussein Obama et le Roi Abdallah ibn Saoud

Barack Hussein Obama et le Roi Abdallah ibn Saoud

(more…)

Voici le texte d’un discours tenu récemment par Declan Ganley, l’homme d’affaire qui est à la base du mouvement irlandais d’opposition au Traité de Lisbonne Libertas, aux parlementaires européens peu avant une réunion au cours de laquelle devait être discuté le financement de l’association. Son contenu m’a eu l’air digne d’être traduit, et, s’il s’éloigne un peu des sujets habituellement traité sur ce blog, le lien avec le problème du projet eurabien (et son évolution analysée ici par Fjordman) me semble assez évident.

Ganley : le Traité de Lisbonne est mort

« La réponse de certains membres du Parlement européen au rejet massif de ce traité antidémocratique par mon pays a été intéressante à observer. Il semble que certains d’entre eux aient été surpris, ce qui ne démontre à quel point ils sont déconnectés de la réalité dans laquelle nous vivons, nous citoyens d’Europe.

Le 2 septembre, j’ai eu l’honneur de rendre visite au Parlement européen. J’ai fait le voyage pour plusieurs raisons, la plus importante étant de jouer mon modeste rôle de simple citoyen : faire passer le message que mon propre gouvernement n’a apparemment pas eu le courage de transmettre. C’est-à-dire rappeler fermement aux institutions de Bruxelles que, selon les règles de l’Union Européenne, le Traité de Lisbonne est mort. (more…)

La longue hibernation de ce blog est le fruit d’un certain mélange – bien trop peu de temps disponible, pas mal de projets m’occupant la tête et les mains, et une (petite) goutte de découragement de temps en temps. Cependant, il y a toujours des textes qui me poussent à reprendre le clavier, des écrits qui méritent tant d’être largement traduits et diffusés. La semaine dernière, c’était un discours de Declan Ganley, que je posterai bientôt. Aujourd’hui, c’est cet article posté par Fjordman sur le site du Brussels Journal, et qui n’est d’ailleurs pas sans rapport avec l’allocation du fondateur de Libertas.

NB: Cette traduction a été faite très rapidemment, et n’est pas totalement satisfaisante. Je compte bien y revenir ce WE et lui apporter quelques corrections et améliorations – n’hésitez pas à en suggérer!

 

« The Eurabia Code » – Actualisation 2008

Fjordman lundi, 20h27 2008-10-13

Mon essai intitulé « The Eurabia Code » a été publié en 2006, inspiré par le subversif « Eurabia – L’axe Euro-Arabe » de Bat Ye’or. J’ai décidé de le reprendre quasiment à l’identique dans mon prochain livre, «  Faire échouer Eurabia », mais j’insérerai quelques mises à jour. L’évolution qui s’est produite depuis 2006, c’est que les dirigeants européens sont de plus en plus transparents quant à l’idée d’agrandir l’UE jusqu’à y inclure le monde arabe, bien qu’ils ne présentent naturellement pas cela comme une reddition du continent à l’Islam. Ce n’était pas un totalement secret par le passé – en 2002 déjà, Louis Michel, alors ministre des affaires étrangères belge et qui est aujourd’hui membre de la Commission européen,  déclarait au parlement belge que l’UE finirait par englober l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient en plus de l’Europe – mais pourquoi donc rendre la chose publique maintenant ? Ma théorie, c’est que les chefs de l’UE considèrent leurs peuples comme étant maîtrisés et sans importance. Avec le  Traité de Lisbonne / la Constitution Européenne, le peuple n’a plus son mot à dire et il peut être ignoré sans risque. Elles nous ont tenus au mépris pendant des années et ne s’inquiètent plus pour cacher ceci. Cela fait des années qu’ils n’ont montré que mépris à notre endroit, et ils ne s’en cachent même plus.  Nous sommes des moutons qui ne constituent guère de menace, tandis qu’il faut continuer d’apaiser les Musulmans.

Un programme officiel visant à établir une «  Union Méditerranéenne » ou « Union pour la Méditerranée », qui comprendra tous les Etats membres actuels de l’UE ainsi que la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l’Egypte, la Jordanie, l’Autorité Palestinienne, le Liban, la Syrie et la Turquie, a été lancé à la mi-2008, causant quelques inquiétudes chez les peuples arabes qu’une telle union ne normalise leurs rapports avec Israël. Ceci a été lancé accompagné de plans pour la création d’une « coprésidence Nord-Sud » et d’un secrétariat permanent, et une « liste succincte » énonçant quelques projets prioritaires pour la région a été dévoilée. La Commission Européenne propose la création d’une coprésidence entre un pays de l’UE et un de la Méditerranée (traduire : un pays musulman), choisi par consensus pour une durée de deux ans. Bruxelles esquisse le profil institutionnel de ce qui s’appellera le « Processus de Barcelone – une Union pour la Méditerranée ». Notez comme ils lient explicitement tout ceci au Processus de Barcelone visant à créer Eurabia que décrivait Bat Ye’or. En dépit de tout ceci, même après que l’Union Méditerranéenne fut lancée, j’ai entendu prétendre que discuter d’Eurabia était se rendre coupable de « théorie fumeuse, d’une théorie du complot dangereuse et islamophobe ».

Dans une lettre parue en 2008 dans le quotidien italien Il Corriere della Serra, l’ancien président italien Francesco Cossiga a  révélé que le gouvernement de son pays a, dans les années 70, concédé la liberté de mouvement aux groupes de terroriste arabes en Italie en échange de l’immunité de toute attaque. Le gouvernement du défunt premier ministre Aldo Moro avait conclu « un accord secret de non-belligérance entre l’état italien et des organismes de la résistance palestinienne de résistance, y compris des groupes terroristes ». Selon l’ancien président, c’est Moro lui-même qui a mis au point les conditions du contrat avec les terroristes arabes. « Les conditions du contrat stipulaient que les organisations palestiniennes pourraient même maintenir des bases armées opérationnelles dans le pays, et ils eurent liberté d’entrer et de sortir sans faire l’objet des contrôles de polices usuels, parce qu’ils étaient « gérés » par les services secrets. » Cossiga a expliqué avoir appris, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, que des membres de l’OLP jouissaient de l’immunité diplomatique en Italie en tant que représentants de la Ligue Arabe. (more…)

Un petit post-éclair pour signaler qu’ “America Alone”, le best-seller de Mark Steyn déjà mentionné à plusieurs reprises sur ce blog (notamment ici, avec interview de l’auteur), est finalement disponible en français:

J’espère que la traduction est à la hauteur du style de Steyn, capable d’être simultanément désopilant et désespérant. Mais quoiqu’il en soit concernant la forme, je ne peux que vous recommander hautement l’ouvrage pour son contenu; il faut qu’il soit amplement discuté dans nos pays. Un must.