fjordman


La longue hibernation de ce blog est le fruit d’un certain mélange – bien trop peu de temps disponible, pas mal de projets m’occupant la tête et les mains, et une (petite) goutte de découragement de temps en temps. Cependant, il y a toujours des textes qui me poussent à reprendre le clavier, des écrits qui méritent tant d’être largement traduits et diffusés. La semaine dernière, c’était un discours de Declan Ganley, que je posterai bientôt. Aujourd’hui, c’est cet article posté par Fjordman sur le site du Brussels Journal, et qui n’est d’ailleurs pas sans rapport avec l’allocation du fondateur de Libertas.

NB: Cette traduction a été faite très rapidemment, et n’est pas totalement satisfaisante. Je compte bien y revenir ce WE et lui apporter quelques corrections et améliorations – n’hésitez pas à en suggérer!

 

« The Eurabia Code » – Actualisation 2008

Fjordman lundi, 20h27 2008-10-13

Mon essai intitulé « The Eurabia Code » a été publié en 2006, inspiré par le subversif « Eurabia – L’axe Euro-Arabe » de Bat Ye’or. J’ai décidé de le reprendre quasiment à l’identique dans mon prochain livre, «  Faire échouer Eurabia », mais j’insérerai quelques mises à jour. L’évolution qui s’est produite depuis 2006, c’est que les dirigeants européens sont de plus en plus transparents quant à l’idée d’agrandir l’UE jusqu’à y inclure le monde arabe, bien qu’ils ne présentent naturellement pas cela comme une reddition du continent à l’Islam. Ce n’était pas un totalement secret par le passé – en 2002 déjà, Louis Michel, alors ministre des affaires étrangères belge et qui est aujourd’hui membre de la Commission européen,  déclarait au parlement belge que l’UE finirait par englober l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient en plus de l’Europe – mais pourquoi donc rendre la chose publique maintenant ? Ma théorie, c’est que les chefs de l’UE considèrent leurs peuples comme étant maîtrisés et sans importance. Avec le  Traité de Lisbonne / la Constitution Européenne, le peuple n’a plus son mot à dire et il peut être ignoré sans risque. Elles nous ont tenus au mépris pendant des années et ne s’inquiètent plus pour cacher ceci. Cela fait des années qu’ils n’ont montré que mépris à notre endroit, et ils ne s’en cachent même plus.  Nous sommes des moutons qui ne constituent guère de menace, tandis qu’il faut continuer d’apaiser les Musulmans.

Un programme officiel visant à établir une «  Union Méditerranéenne » ou « Union pour la Méditerranée », qui comprendra tous les Etats membres actuels de l’UE ainsi que la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l’Egypte, la Jordanie, l’Autorité Palestinienne, le Liban, la Syrie et la Turquie, a été lancé à la mi-2008, causant quelques inquiétudes chez les peuples arabes qu’une telle union ne normalise leurs rapports avec Israël. Ceci a été lancé accompagné de plans pour la création d’une « coprésidence Nord-Sud » et d’un secrétariat permanent, et une « liste succincte » énonçant quelques projets prioritaires pour la région a été dévoilée. La Commission Européenne propose la création d’une coprésidence entre un pays de l’UE et un de la Méditerranée (traduire : un pays musulman), choisi par consensus pour une durée de deux ans. Bruxelles esquisse le profil institutionnel de ce qui s’appellera le « Processus de Barcelone – une Union pour la Méditerranée ». Notez comme ils lient explicitement tout ceci au Processus de Barcelone visant à créer Eurabia que décrivait Bat Ye’or. En dépit de tout ceci, même après que l’Union Méditerranéenne fut lancée, j’ai entendu prétendre que discuter d’Eurabia était se rendre coupable de « théorie fumeuse, d’une théorie du complot dangereuse et islamophobe ».

Dans une lettre parue en 2008 dans le quotidien italien Il Corriere della Serra, l’ancien président italien Francesco Cossiga a  révélé que le gouvernement de son pays a, dans les années 70, concédé la liberté de mouvement aux groupes de terroriste arabes en Italie en échange de l’immunité de toute attaque. Le gouvernement du défunt premier ministre Aldo Moro avait conclu « un accord secret de non-belligérance entre l’état italien et des organismes de la résistance palestinienne de résistance, y compris des groupes terroristes ». Selon l’ancien président, c’est Moro lui-même qui a mis au point les conditions du contrat avec les terroristes arabes. « Les conditions du contrat stipulaient que les organisations palestiniennes pourraient même maintenir des bases armées opérationnelles dans le pays, et ils eurent liberté d’entrer et de sortir sans faire l’objet des contrôles de polices usuels, parce qu’ils étaient « gérés » par les services secrets. » Cossiga a expliqué avoir appris, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, que des membres de l’OLP jouissaient de l’immunité diplomatique en Italie en tant que représentants de la Ligue Arabe. (more…)

Advertisements

Pour débuter novembre en force, je vous propose la traduction d’un texte de Fjordman publié cet été dans le Brussels Journal; comme le sujet s’y prêtait bien, j’en ai profité aussi pour “piller” les archives de Cox & Forkum et leur faire ainsi un petit hommage, puisqu’ils ont récemment mis fin à leur collaboration quotidienne 😦 …

Dans une vraie société totalitaire telle que l’était l’ancienne Union Soviétique, le taux de criminalité est généralement bas: l’état exerce un écrasant contrôle sur ses citoyens. La petite criminalité est (tout au moins officiellement) rare, probablement parce que l’état lui-même est le plus grand criminel. A l’opposé, dans l’Union Européenne d’aujourd’hui, (more…)

En trois parties: d’abord la traduction d’un essai de Fjordman, puis celle de l’article qu’il commente, et enfin quelques commentaires personnels en bas de page. Bonne lecture!

Voulons-nous une Réforme islamique?
Par Fjordman, 8 mai 2007
Traduction: Pistache.

Voici un article [voir ci-dessous] de l’écrivain hollandais Margriet de Moor qui se penche sur l’islam en Europe. L’extrait le plus grotesque de ce texte est peut-être celui où, avec une complaisance manifeste, elle considère les Pays-Bas comme un laboratoire à grande échelle. Un exemple édifiant qui montre bien que le multiculturalisme est une gigantesque expérience de manipulation des structures sociales, tout aussi radicale et dangereuse que le communisme. Mme De Moor vit dans une sorte de réalité alternative, qui verra une Réforme islamique naître grâce à « la richesse et la liberté d’expression de l’Europe ». Mais l’immigration musulmane draine beaucoup la première et détruit lentement mais sûrement la seconde. (more…)

Une autre réflexion de Fjordman initialement publiée dans le Brussels Journal, datant de l’été dernier et traduite tout dernièrement…

_________________

Superman, Harry Potter et la guerre contre le jihad

Fjordman, Mardi 1er août 2006

J’ai déjà fait remarquer qu’un sentiment sous-jacent de dégoût de l’Occident imprègne une partie de notre culture populaire et de nos médias. Il est bien là. Mais il y a aussi une autre tendance qui vaut d’être examinée.

J’ai récemment regardé le film Superman Returns. Je savais à l’avance qu’il avait récolté quelques critiques. Plutôt que la devise traditionnelle de Superman, « la vérité, la justice et l’American Way [1] », sa mission avait été modifiée par les scénaristes Michael Dougherty et Dan Harris, devenant la défense de « la vérité, la justice et tout ça ». « Le monde a changé, le monde est différent », a déclaré Harris. « La vérité, c’est qu’il est un étranger. Il a été envoyé d’une autre planète. Il a atterri sur la planète Terre, et il est ici pour tout le monde. C’est un super-héros international. » « Nous avons toujours hésité à inclure l’expression ‹ American Way ›, parce que la signification de ces mots est aujourd’hui quelque peu incertaine », expliqua Dougherty. (more…)

Aujourd’hui, je vous propose la traduction d’un texte de fjordman, un scandinave qui, s’il ne met plus son blog à jour, écrit toujours beaucoup – pour le Brussels Journal, pour Gates of Vienna, pour Jihad Watch entre autres. D’autres articles de cet auteur sont dans ma liste de trucs-à-traduire-dès-que-j’ai-le-temps…

____________________

Qui nous sommes, qui sont nos ennemis – le prix de l’amnésie historique

« Le jihad, la guerre islamique dite sainte, a été un fait persistant en Europe, en Asie, en Afrique et au Proche et Moyen-Orient pendant plus de 1300 ans, mais ceci est la première histoire des guerres musulmanes en Europe à trouver le chemin des éditeurs. En revanche, des centaines d’ouvrages ont été consacrés à son équivalent chrétien, les croisades, que l’on compare souvent au jihad, bien qu’elles aient duré moins de deux siècles et, contrairement au jihad d’ambition universelle, se soient largement, mais pas absolument, limitées à la Terre sainte. En outre, les croisades sont terminées depuis plus de 700 ans, alors que le jihad reste une réalité du monde d’aujourd’hui. Le jihad est la guerre la moins documentée et la plus négligée de l’histoire. En fait, elle a été en grande partie carrément ignorée. L’Encyclopædia Britannica, par exemple, consacre 80 fois plus d’espace aux croisades qu’au jihad. »

Cette citation est tirée du livre de Paul Fregosi, Jihad in the West [Jihad en Occident], datant de 1998. Monsieur Fregosi trouva bien difficile, dans les années ’90, de faire publier ce livre racontant l’histoire de la guerre sainte islamique en Europe entre le VIIème et le XXème siècle : l’affaire Salman Rushdie était alors encore fraîche dans la mémoire des éditeurs. (more…)