A nouveau, il semble que l’Ile de France risque de s’embraser pour deux “victimes” qui, d’après ce qu’on en sait, ont un peu cherché – attention, je n’ai pas dit “mérité” – leur sort. Et à nouveau, des déchainement haineux nullements justifiés vont probablement occulter – médiatiquement et politiquement – le sort d’une autre victime – oserais-je dire d’une “vraie” victime?

C’était Jean-Claude Irvoas il y a deux ans, lynché par des petites frappes de banlieues au premier jours des émeutes, c’est Anne-Lorraine S. avant-hier, tuée à coups de couteaux par un violeur récidiviste quelques heures à peine avant l’accident des motocyclistes du dimanche à Villier-le-Bel et les premier cocktails molotovs qui suivirent.

Je me suis aperçue en parcourant les papiers concernant cette triste affaire que j’avais déjà lu un article co-rédigé par cette étudiante en journalisme. Un article plein de bon sens que j’ai conservé sur mon disque dur et que je réutiliserai peut-être un jour. Un article cultivé et courageux aussi, ce qui est fort appréciable par ces temps d’ignorance relativiste. Anne-Lorraine aura fait preuve de ce courage jusqu’au bout, en envoyant son agresseur à l’hôpital.

Bref… aujourd’hui, mes pensées vont à Anne-Lorraine et aux siens, à qui je présente toutes mes condoléances.