La Hollande, humaniste, tolérante, généreuse etc. , fait-elle face à un avenir radieux ? Le « laboratoire à la lisière de l’Europe » de Margriet de Moor donne-t-il des résultats encourageants? A vous d’en juger à travers quelques faits divers récents :

Les parents avaient choisi de mettre Cyril dans une école de leur quartier – une école majoritairement peuplée d’enfants d’immigrants. Ils pensaient ainsi « ouvrir » l’esprit de leur enfant aux autres cultures, et aussi bénéficier d’une école mieux financée et encadrée que les autres, du fait de son public « défavorisé ».

Las ! L’encadrement n’a semble-t-il rien pu pour mettre fin aux brimades subies par Cyril : seul petit blanc et non-musulman, il s’est retrouvé exclus, ridiculisé, battu… jusqu’à ce que les responsables pédagogiques de l’école en viennent eux-mêmes à conseiller aux parents de mettre fin à cette belle expérience « multiculturelle »…

  • Toujours à Utrecht

Le mois dernier, la maire socialiste Annie Brouwer était sur le point de décréter l’interdiction de réunion dans certaines zones. Selon le porte-parole de la municipalité, “la situation est devenue hors de tout contrôle”. Extrait de l’article de Bafweb :

Le problème de la criminalité des jeunes d’origine marocaine a pris une telle ampleur que la police a déclaré qu’”il n’y a plus de réponse adaptée” au problème. (…) Une équipe de télévision qui tentait d’enquêter sur la situation d’une maison de retraite dans le quartier a pu se rendre compte de la gravité de la situation. A trois reprises, et au bout de quelques minutes seulement, l’équipe de tournage a été chassée. (…) La chaine a alors décidé d’interviewer les résidents de la maison de retraite en secret. Ils ont déclaré aux journalistes qu’ils n’appelaient plus la police car les jeunes exerçaient alors des représailles.

Dans la ville de Tilburg, la situation de la jeunesse marocaine est également alarmante. La classe des 12-16 ans, d’après la ville, est constituée “de musulmans radicaux, de criminels et de délinquants”. (…)

Sources non-francophones : ici (Néerlandais).

  • à Rotterdam cette fois :

La conseillère communale Marijke Goedegebuur commence à en avoir assez. Cette semaine encore, durant une partie du conseil communal de Feijenoord (district de Rotterdam) et de ses pauses, des groupes de conseillers ont discuté en turc. Elle dit que les conseillers néerlandais sont de ce fait mis à l’écart, comme s’ils n’avaient qu’un rôle secondaire, et trouve cela scandaleux : « Je pense que c’est vraiment impoli. C’est comme s’ils discutaient de choses que vous ne pouvez pas savoir. Les autres conseillers sont régulièrement tenus à l’écart. (…) En tant que politiciens, nous avons le devoir de montrer l’exemple. Et ce n’est pas bon pour l’intégration. Mais quand j’en ai parlé à mes collègues turcs, on a simplement ri de moi. ». Source ici.

  • Enfin, semaine chaude dans un quartier d’Amsterdam

Dimanche dernier, Bilal B. [1], hollandais d’origine marocaine, entre dans le poste de police de Slotervaart. Il se précipite sur l’agent de service à la réception, lui donne plusieurs coups de couteau au buste et dans le dos. La femme cherche à échapper à son agresseur, et un de ses collègues vient à sa rescousse – récoltant cinq coups de couteaux au visage et aux épaules. Le répit permet à la policière de mettre la main sur son arme. Elle tire, et met ainsi fin à l’agression. Bilan : mort de Bilal, transfert à l’hôpital et opérations pour les deux agents de police.

Mais ce n’est pas la fin de l’histoire: depuis maintenant plus d’une semaine, le quartier est en ébullition; les « jeunes » du quartier n’admettent pas qu’un policier ait tiré sur l’un d’entre eux, disent « en avoir marre de l’image négative » qu’on leur colle et de la « stigmatisation » dont ils sont l’objet, et ils le font savoir … en intimidant les journalistes, en caillassant le poste de police, et en incendiant des voitures devant celui-ci.

 

Réaction des autorités?

Temporisation: « ça n’a rien à voir avec ce qu’on a vu à Paris en 2005 », ce qui est vrai, mais il me semble que le problème n’est pas là… Faut-il attendre l’équivalent de « Paris-2005 » pour s’inquiéter…?

Apaisement : lundi déjà, les autorités prenaient le temps de se rendre dans les mosquées et « d’expliquer ce qui s’était passé » aux imams. Le responsable politique du district de Slotervaart, Ahmed Marcouch, n’a pas manqué d’envoyer ses condoléances aux parents du terroriste ni de leur payer une visite …

Et demande d’aide aux organisations musulmanes, qui ont appelé au calme jeudi – et en ont profité pour faire passer le message suivant : « Nous demandons à la ville d’Amsterdam et aux politiciens locaux de faire preuve de responsabilité, de ne pas agir impulsivement mais d’investir à long terme dans les gens »… en clair, selon le blogueur néerlandais Klein Verzet [2] : « ne cherchez pas à restaurer l’ordre et la loi par la force, mais ouvrez le portefeuille please »

Bref… Répression des plus soft, voire inexistante – « ça risquerait d’empirer les choses », et peu ou pas d’arrestations : moins d’une douzaine, « préventives » la plupart du temps (gens se baladant avec des bouteilles d’essence, et relâchés après quelques heures) [3].

Mais revenons deux minutes à la personnalité de Bilal, et à ce que les Pays-Bas ont peu à peu appris sur lui la semaine dernière.

La première explication de l’acte de Bilal fut assez habituelle : « juste » un autre malade mental, un gars aux tendances suicidaires – « d’ailleurs », il a passé quelques mois dans une clinique psychiatrique pour cela cette année…

Oh, bien sûr, comme pas mal d’autres de ses coreligionnaires, son suicide passe par l’homicide… Mais rien à voir avec l’islam, non non non. N’allez surtout pas parler de « syndrome du jihad subit », ni rappeler que, si l’islam réprouve le suicide, il encourage et rassure « ceux qui combattent et tombent en combattant dans le sentier d’Allah » [4]. Peut-être Bilal avait-il bien envie de mettre fin à ses jours – mais peut-être bien aussi n’a-t-il pu envisager de le faire qu’en accord avec sa culture d’origine, c’est-à-dire en agressant des « infidèles ».

Un pauvre type, un paumé un peu dérangé alors? Mmh… Pas seulement. Il s’est peu à peu avéré que Bilal était connu de la police, qu’il avait déjà été reconnu coupable de divers crimes et actes violents et condamné tantôt à des travaux d’intérêts généraux, tantôt à un peu de prison… Mais il était aussi connu pour ses contacts avec des terroristes islamiques – par exemple avec le charmant Mohammed Bouyeri, l’assassin de Theo Van Gogh, qui lui rendit visite en prison.

Au début de la semaine, on en apprit plus sur ces contacts suspects: il ne s’agissait pas seulement de « mauvaises fréquentations » rencontrées lors de ses séjours à l’ombre, mais aussi de relations familiales: l’une des sœurs de Bilal a épousé l’oncle d’un tristement célèbre terroriste musulman, Samir Azzouz; et le propre frère de Bibi-la-déprime, Abdullah, fut arrêté il y a deux ans: il était le leader d’une cellule qui projetait de faire sauter un avion d’El-Al à l’aéroport de Schiphol. Abdullah fut finalement relâché, faute de preuves suffisantes…

Mardi, la presse rapportait que Bilal et Abdullah n’étaient « que » les moutons noirs d’une famille ayant très bien réussi son intégration en Hollande – puisque certaines de leurs sœurs y étaient respectivement devenues médecin et juge (on espère que ce n’est pas celle qui a épousé le parent d’un autre terroriste, cela commencerait à faire beaucoup pour une juge !)… Autant pour l’explication victimaire habituelle, celle des pôv’z’enfants d’immigrants rejetés par la société européenne raciste, trainant dans les rues, qui ne peuvent trouver leur place qu’en se « radicalisant »…

De simples faits divers? Sans doute.

Mais pas moyen de nier qu’ils soient l’effet de la présence d’une population « allochtone » de plus en plus présente et sûre d’elle-même. Et on se demande un peu comment croire que le temps arrangera les choses – après quelques années de durcissement (relatif) en matière d’immigration, les Pays-Bas semblent revenir en arrière (régularisations massives,…), et même sans tenir compte de cela, les projections démographiques annoncent une majorité non-occidentale dans les grandes villes du pays d’ici moins de dix ans. Cela ne veut pas dire une majorité musulmane pour autant, bien sûr, mais une partie conséquente de l’immigration non-occidentale provient bien de contrées musulmanes. De plus, l’identité néerlandaise de ces grandes villes – Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Utrecht – sera d’autant plus diluée, et, sans doute, d’autant moins respectée.

Une solution? Le gouvernement néerlandais actuel semble surtout encin à l’apaisement, depuis le « lâchage » d’Ayaan Hirsi Ali jusqu’à ce rapport officiel, qui préconise d’abandonner le concept d’identité nationale et d’inciter fortement les Néerlandais à s’adapter plus aux normes des « nouveaux arrivants » – par exemple en matière de religion – le pays ne serait pas encore assez « tolérant » vis-à-vis de l’islam – en sur la question de la « sexualisation » de la société hollandaise …

« Pour vivre heureux, vivons dhimmis », devise de l’Eurabia à venir??

 

 

Edit par rapport à l’affaire Bilal B. (28/10): je m’aperçois aujourd’hui que, dans le procès Murat Seven, que je commentais dans le post précédent, les “experts” ont aussi joué la carte du gars dérangé – “à la limite de la débilité mentale”, “affectivement immature”, “un grand adolescent”, etc etc. Mais, comme le disait quelqu’un sur un forum: “Ah la la… L’adolescence.. On a des soucis, sa maman est malade et hop! on tue sa frangine. Ca soulage… Néanmoins, il me semble qu’il y a des millions d’adolescents qui n’ont pas tué leur soeur, en dépit de leurs problèmes”. Indeed…

_______

[*] le titre fait référence à un pamphlet (« De ondergang van Nederland – Land der naïeve dwazen », que l’on pourrait traduire par « La perte des Pays-Bas, pays de zozos naïfs ») publié en 1990 par un néerlandais d’origine pakistanaise, Zoka F., sous le pseudonyme de « Mohammed Rasoel » (« Mahomet le Prophète »). L’auteur fut condamné à une amende de 2000 florins par la justice néerlandaise, pour « racisme » et « incitation à la haine », et le livre fut retiré des librairies – un article de Faith Freedom donne plus de détail sur tout ceci ici. Grâce au web, il est possible d’aller jeter un œil au contenu de l’ouvrage – et de juger par soi-même: en Néerlandais en Anglais.]

[1] Le nom de famille de l’agresseur a été livré par la suite: Bajaka.

[2] Ce blogueur a posté un long article en anglais truffé de liens sur cette affaire, à lire ici

[3] Oserait-on comparer avec ce qui s’est produit il y a environ 6 mois à Utrecht?

Rinie Mulder, un habitant d’Utrecht qui s’était interposé entre une jeune femme et des « jeunes » qui lui cherchaient noise, y est descendu par un officier de police qui « s’est senti menacé » par le couteau que tenait Rinie, et qu’il avait apparemment confisqué à l’un des « jeunes ».

Des émeutes s’ensuivent. Pas des émeutes de « jeunes », mais de Hollandais, exprimant leur dégoût – dégoût par rapport à cette mort inutile, mais aussi par rapport à la dégradation de la situation dans leur quartier, les « jeunes » (d’origine turque) terrorisant le voisinage depuis belle lurette sans que la police ne réagisse beaucoup.

Cette fois cependant, la police fut réactive, et décida rapidement d’isoler le quartier, établissant des check points pour filtrer entre résidents et non-résidents (même les aides-soignantes venant assister les personnes âgées furent apparemment repoussées), mettant des amendes salées à toute personne violant les mesures de sécurité temporaire, plaçant des caméras de surveillance dans tout le voisinage, et arrêtant plus d’une centaine d’émeutiers… Dont de simples badauds, innocents de toute effraction.

Pour plus de détails et de liens sur ces faits, voir l’article de Klein Verzet

[4] Exemples de versets coraniques soutenant ceci: 2.154, 3.157, 3.169, 4.74, 4.95, 9.20, 9.38, et – probablement l’un des plus explicites – 9.111 (“Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent, et ils se font tuer. C’est une promesse authentique (…)]