Quelques mots en vrac et en vitesse.

eurabia?

D’abord, je me joins à la longue liste de blogueurs ayant réagi à l’interdiction de la manifestation contre l’islamisation de l’Europe, le 11 septembre prochain, par le bourgmestre [= maire, pour nos amis français] de Bruxelles, Freddy Thielemans:

Le danger pour l’ordre public est trop élevé. L’importante communauté allochtone (d’origine étrangère) qui vit dans le quartier pourrait réagir à cette action“, explique la mairie de Bruxelles. (…) La ville de Bruxelles reçoit chaque année entre 500 et 600 demandes pour des manifestations, mais au cours des cinq dernières années, seulement six ont été interdites.

Soit moins de 0.3% de manifestations refusées, en général… Pas de problème par contre lorsqu’il s’agit de manifestations pro-palestiniennes / anti-israéliennes et anti-américaines, ou d’une manifestation du F.I.S (c’est plus ancien, c’est vrai, mais c’est marquant; au moins “mémé Zinzin” avait-elle protesté, c’est toujours ça!). Plus récemment, il y a eu cette manifestation “spontanée” d’islamistes contre les caricatures danoises – qui s’étaient dispensés de demander l’autorisation, et n’avaient été aucunement embêtés…

Que décideront les organisateurs de la manifestation? Ils le diront sous peu. Mais il semble déjà que bon nombre d’Européens, ayant déjà arrangé leur voyage, comptent bien venir à Bruxelles le mois prochain.

Ce qui ressort principalement de tout ceci, c’est la raison de l’interdiction: officiellement, on a la trouille des fidèles de “la religion d’amour et de paix” – officieusement, on ménage sans doute aussi la susceptibilité de son électorat [*]. Quoiqu’il en soit, la question est posée: Bruxelles a-t-elle atteint le point critique d’islamisation?

J’invite les personnes voulant faire part de leur mécontentement à signer la pétition mise en place par les organisateurs; son texte est disponible en français ici. On peut aussi aller plus loin, et envoyer un signe plus concret: voir l’opération SITA proposée ici par notre ami l’imam salamiste.

Enfin, tandis que s’accumulent ainsi signes de dhimmitude et agressions islamiques (parmi les plus récentes, celle de Taslima Nasreen en Inde, celle d‘Ehsan Jami beaucoup plus près de nous, à la Haye), j’avais envie de vous signaler ce texte de G. Millière: “Les feux du crépuscule“. Mon expérience, mes discussions, mes lectures et réflexions me laissent les mêmes impressions, les même craintes que celles qu’il exprime. Notamment dans cet extrait, qui résume beaucoup de choses (sur lesquelles mes deux prochains posts reviendront en détail):

(…) On essaie de voir comment sauver le « modèle européen » en ne discernant pas que les engrenages redistributifs, le politiquement correct, l’amnésie, en termes d’histoire, contribuent à une fuite dans le présent, à une peur de l’avenir, à un aveuglement collectif et à une dénatalité. Qu’ils hypothèquent le futur et feront du continent, d’ici trente ans, un hospice de vieillards occidentaux, entourés de jeunes musulmans frustrés et pas du tout prêts à payer les retraites de ceux qui se seront montrés si peu prévoyants en leur temps. A ce moment là, je ne sais si on parlera encore d’éoliennes et d’effet de serre, mais je sais qu’on lira largement le Coran : de manière radicale ou modérée ? La question ne semble pas préoccuper grand monde aujourd’hui. A ce moment là, je ne vois pas comment la démocratie qu’on est en train de réduire à néant sur le sol européen pourra renaître de ses cendres. George Santayana disait qu’une société démocratique, pour fonctionner, devait être d’accord sur l’essentiel et ne plus débattre que de points relativement secondaires. Au cœur de cet essentiel, Santayana situait la liberté individuelle. Les Européens semblent avoir renoncé à la liberté pour eux-mêmes, sinon accepteraient-ils ce qu’ils acceptent avec résignation dès aujourd’hui ? Ils paraissent aussi renoncer à la liberté pour les autres ou la trouvent inadmissible.

Et comme lui, j’ai constaté depuis quelques temps que m’extraire de ce pays à intervalles réguliers est devenu nécessaire à ma santé physique, mentale et morale.” La seule différence étant sans doute que “mon pays”, c’est la Belgique et non la France; maigre différence en vérité, car je le vois aussi mal parti – sinon plus – que l’Hexagone.

[*] NB: on peut trouver la liste des membres du conseil communal de Bruxelles-ville ici. Je sais très bien que l’analyse que je vais en esquisser est tout sauf politiquement correcte, et est loin d’être scientifique, mais on peut remarquer 16 noms à consonance extra européenne dans la liste – dont 13 apparemment issus du monde musulman et trois d’Afrique centrale; une trentaine de pourcents des conseillers, donc.

Si on analyse plus en détails, on remarque que tous ces conseillers allochtones sont francophones (40% des conseillers francophones de Bruxelles sont donc d’origine “allochtone”). On peut aussi observer qu’ils représentent 55% des conseillers du CDH (“Centre Démocrate Humaniste”, anciennement “Parti Social Chrétien”), bien que celui-ci “joue” visiblement la diversité en alignant trois noms africains et deux noms arabo-musulman. Enfin, ce qui est le plus frappant – et sans doute le plus pertinent dans le cadre de l’interdiction de la manifestation par Mr Thielemans, c’est la proportion de noms arabo-musulmans chez les conseillers PS: 10 sur 17, soit 59%.

Dans des communes de l’agglomération bruxelloise plus réputées encore pour leur “multiculturalité” (comprendre “degré d’islamisation”) telles Schaerbeek et Molenbeek-Saint-Jean, on arrive allègrement à 70% de conseillers communaux PS issus de l’immigration musulmane.

CQFD.