Quelques mots sur un livre que j’ai terminé la semaine dernière…

Time to Emigrate ? Front Cover

Est-il temps d’émigrer ?

Pourquoi personne ne parle de ce qui est en train de se produire dans notre pays ?

Gibson Square Books Ltd

Novembre 2006

George Walden est un ancien parlementaire conservateur, ministre de l’éducation supérieure entre 1985 et 1987.

Dans ce livre, il passe en revue les raisons qui peuvent pousser les britanniques à quitter en masse le pays – ou au moins ses villes principales.

L’ouvrage est rédigé comme s’il s’agissait d’une lettre adressée à son fils et à sa belle-fille qui envisageraient de faire de même.

Quels sont les points principaux pouvant inquiéter une famille de la classe moyenne dans un futur proche ? L’éducation, la santé, le coût de la vie, l’insécurité… et, surtout, l’influence de l’immigration massive de ces dernières décennies sur la quasi-totalité de ces domaines. Avec, cerise sur le gâteau, le problème de l’islam…

Les appréciations de Walden sont pondérées ; pour chaque domaine traité, il envisage AUSSI la possibilité d’un « happy ending », même s’il donne rarement l’impression d’y croire vraiment.

Mais il ne fait pas du tout dans le politiquement correct. Que ce soit concernant la « modération » supposée des musulmans au Royaume-Uni – « On a parfois l’impression que les « Modérés » sont seulement modérément en faveur de la démocratie, de la liberté d’expression, ou des droits des femmes. »ou concernant la faillite du multiculturalisme, les problèmes posés d’ailleurs par d’autres communautés immigrantes (notamment les mafias d’Europe de l’Est), les vices et défauts de la population britannique elle-même à l’heure actuelle, et enfin concernant la classe politique elle-même…

Il se fait peu d’illusion, et semble avoir du mal à comprendre comment on peut essayer de faire avaler certaines couleuvres.

Ainsi de la comparaison du terrorisme islamique avec celui pratiqué par l’IRA :

Il suffit de se poser la question : pouvons nous être sûrs que l’IRA n’aurait jamais fait sauter une bombe sale en Angleterre si elle en avait eu l’occasion ? La réponse est oui. Dans le cas des fondamentalistes musulmans, la réponse n’est pas seulement « non, on ne peut en être sûr ». C’est « oui, ils le feraient ».

Walden fait remarquer que, bien avant fin 2005, certaines personnalités de la gauche britannique avaient déclaré que le multiculturalisme était une erreur, et qu’il serait sans doute préférable de s’inspirer de l’intégrationnisme « à la française ». Puis, paf, les émeutes de novembre en France…

Le fait que les méthodes françaises n’aient pas mieux fonctionné que les nôtres (…) suggèrent que les deux pays sont dans l’impasse. Traitez les Musulmans comme n’importe quels Français, et vous obtenez des ghettos, du chômage et des émeutes. Traitez les en tant que Musulmans britanniques ayant des droits à la diversité, et vous obtenez des ghettos, du chômage et des attentats à la bombe.

Il admet toutefois que, s’il faisait toujours partie du gouvernement, il donnerait probablement dans le discours convenu – « la vaste majorité des musulmans est modérée » etc. Pourquoi ? Parce qu’avec une situation aussi explosive, il « faut tout faire pour suggérer que tout est sous contrôle ». Parce que les politiciens « ne peuvent pas dire qu’il n’y a pas d’issue à l’horizon, puisque cela découle d’un choc fondamental de civilisations ».

La seule incohérence que je vois, c’est que parmi les pays “de repli” qu’il suggère à son fils, et malgré une certaine clairvoyance dans les quelques occasions où il en parle, c’est la France qu’il place peu ou prou en première position… Et là, j’ai un peu de mal à y voir une autre raison que celle du souhait compréhensible d’un grand-père, celui de garder ses petits enfants à distance réduite… ?