Retour des “indignations” islamiques, prétextes à violence, outrages et exigences …  après plus d’une dizaine d’années passées à étudier le sujet et l’évolution des choses, je ne sais précisément, à vrai dire, quel sentiment domine chez moi: Horreur devant les exploits de ces foules barbares, et leur implantation de plus en plus affirmée chez nous? Espoir que chaque épisode additionnel ouvre davantage les yeux de mes contemporains? Stupéfaction devant le peu de réactivité de ces mêmes contemporains, y compris devant ce qui s’apparente à un acte de guerre, et devant la veulerie de ceux qui les dirigent ou les informent? … Lassitude devant la répétition de tout ceci? Un peu de tout sans doute…

J’ai bien moins que par le passé le temps d’animer ce blog – et en même temps de meilleures raisons qu’auparavant de défendre mon bout de terrain, mes principes et mon mode de vie. Tout ceci ne sera pas très structuré, mais je vais essayer de rendre peu à peu vie à ces pages (ce n’est pas la première fois que je dis cela, je sais!), en postant des liens et/ou des traductions maison de choses qui m’auront semblé valoir d’être mieux diffusées.

Bref, à propos des émeutes anti “film anti-islam” (pour reprendre le jargon des journalopes):

* D’abord, de fort pertinents rappels de Robert Spencer (sous-titrés en français) la semaine dernière sur une télévision canadienne: le schéma de ces histoires reste toujours le même, le film n’est ici qu’un prétexte pour mobiliser ses troupes, montrer sa force, et tenter de pour museler la critique et l’Occident. Qui réagit généralement de manière pathétique, en renforçant le deux poids – deux mesures et en confirmant que le terrorisme est une tactique qui fonctionne…:

* L’interview ci-dessus mentionne un documentaire britannique récent portant sur l’existence (?) de Mahomet; pour qui serait intéressé (et il y a de quoi), le film peut être visionné ici.

* Ensuite, un lien vers un excellent texte de l’historien Richard Landes, “Comment l’Occident est en train de perdre la guerre cognitive contre l’islamisme…“: c’est en anglais, je n’ai hélas pas le temps de traduire ce long billet, mais j’en recommande la lecture à tout qui s’en sent le niveau. L’auteur y parle entre autres de l’effet contre-productif (euphémisme…) de la politique extérieure du gouvernement Obama, de la tactique de guerre asymétrique des islamistes, et de ce que produisent au finish l’angélisme et le relativisme des progressistes qui continuent à ignorer des différences culturelles difficilement conciliables ; il mentionne également l’Europe, en passant, qui commence à ne plus savoir quelle position prendre vu la présence d’une cinquième colonne…

* Plus concis, j’en profite pour recaser un petit dessin des cartoonistes américains Cox & Forkum - Dieu qu’ils me manquent, ces deux-là! - conçu lors de l’affaire des caricatures danoises il y a 6 ans déjà, et qui n’a rien perdu de sa pertinence:

“Franchement, Mr Mahomet, ces quelques caricatures danoises sont bien le moindre de vos problèmes d’image…”

* Moins marrant, les images des excités chez nous: ici à Paris, ici dans la banlieue d’Anvers. Il paraîtrait que ces dernières images n’ont pas été beaucoup diffusées sur la RTBF, téloche socialo du Wallonistan… Sans blague… Peut-être parce que ça pourrait inquiéter l’électeur de base PS de voir ces beaux enfants (vers 14” du début de la vidéo), un petit monde apparemment bien intégré et sans signe extérieur d’islamisme (pas de foulards, un joli décolleté pour la jeune femme), qui, sous la directive d’une grande soeur, gueule le takbir (“Allah Ouakbar”) en brandissant le drapeau des djihadistes…? Non non, circulez bonnes gens, il n’y a rien à voir…

…puisqu’on vous dit qu’ils paieront vos pensions et que tout va bien!

… Enfin bon, ils n’en sont pas (encore) à faire brandir à leurs mômes des slogans aussi bisounours que leurs cousins en Australie, tel celui demandant la décapitation de qui insulterait le “prophète”… Mais tout va bien, il paraît que c’est parce “qu’il connaît sa religion et essaie de la défendre”… [source].

* Enfin, pour les anglophones, Gates of Vienna propose le descriptif de ce qui se passerait en Italie si toutes les religions étaient vraiment “les mêmes”, suite à la projection d’une oeuvre récente du cinéaste autrichien Ulrich Seidl (“Paradise: Faith” – dans lequel une dévote catholique au mariage malheureux se masturbe à un point en utilisant un crucifix…): un mort, cinq blessés et l’ambassade d’Autriche en flammes…

… tiens? Ah non. Rien. En fait, jusqu’ici, il a juste gagné le Prix Spécial du Jury du Festival International du Film de Venise… Des mous, ces cathos!